Qui sommes-nous?

ManonImg 1842

27 ans, diplômée de l’école de Lille en 2016. Après une formation en histoire à l’université et de nombreux centres-aérés, l’enseignement me tendait les bras... Mais j’ai vite compris que le système scolaire actuel ne me conviendrait pas. Et tiens, pourquoi pas l’orthophonie ?! Un rôle d’aidant, d’accompagnateur, une relation de confiance avec l’enfant, avec les parents,... Parfait !

Cependant, avant même d’être diplômée, j’ai réalisé que le matériel existant n’était pas suffisant: il ne me semblait pas assez ciblé, ni assez précis. J’ai donc appris (avec plaisir) à me servir des différents outils que j’avais à disposition pour commencer à fabriquer des activités adaptées à mes petits patients... et ne me suis plus jamais arrêtée !

C’est la formation Montessori (à laquelle nous avons participé avec Héloïse en 2017 et qu’elle vous détaillera par la suite) qui a changé ma vision de l’enfant et de l’enseignement. Elle a également changé ma façon d’envisager le matériel : plus simplement des jeux mais des activités qui mettent en avant le sens et pas seulement l’apprentissage par coeur, une façon progressive de travailler avec un seul objectif et une seule difficulté, un travail favorisant l’autonomie et l’épanouissement de l’enfant... Par la suite, j’ai commencé à suivre la formation en mathématiques d’Anne Lafay. Elle m’a poussé à essayer d’être plus rigoureuse dans mon travail et d’appuyer mes créations sur des données “scientifiques” (dans la mesure du possible).​

 

Héloïse​​​Image1 2
​​

38 ans, diplômée de l’école de Paris en 2005 . Après avoir vogué entre le salariat et la libéral, entre la neurologie et l’ORL, mon épanouïssement professionnel ne se manifeste que par un contact naturel avec les enfants. J’ai toujours ressenti un grand besoin d’exprimer ma créativité à travers les outils que je proposais à mes jeunes patients.

Sinon, je suis maman de 3 enfants (9 ans, 6 ans et 1 an). Par conséquent, les lecture sur la parentalité positive, l’éducation bienveillante et les pédagogies alternatives occupent de nombreuses soirées.

Si je m’écoutais, je passerais mon temps en formation mais mon banquier n’adhère pas à ce projet. Formée en Gestion Mentale avec France Pagès, en Logico-mathématiques avec Elsa Dall’Agnol, en Dynamique Naturelle de la Parole sur Amiens et dernièrement à Montessori avec Christine Nougarolles. Christine m’a ouvert des portes et m’a donné envie d’aller plus loin, d’où cette formation très coûteuse en temps et en investissement personnel entreprise et finie en 0/3 ans et en 3/6 ans auprès de Laurence Randoux et de Marc Ciepers. La formation 6/9 ans est prochainement prévue.

Cette découverte, avec Christine Nougarolles, m’a permis de comprendre que les outils montessoriens sont juste ​“magiques”, ultra-réfléchis et riches de sens. Mais c’est aussi, et avant tout, une réelle philosophie de vie. Cette doctoresse italienne, un précurseur en terme d’éducation et de neurosciences, m’a aidée à mettre des mots sur la plupart des questionnements éducatifs qui s’animaient régulièrement au-dessus de ma tête. Confiance, adaptation de l’adulte, bienveillance sont des mots que j’essaie d’appliquer, avec, bien heureusement, beaucoup d’imperfections.

 

Notre projet :Logo bis

Toute cette histoire commence en avril 2015, avec une relation maître de stage-stagiaire. Au fil des mois, nous partagions des prises en charge et le plaisir de présenter nos nouvelles créations prenaient de plus en plus de place dans nos échanges. Les “wouahh” admiratifs se répétaient très souvent. Assez naturellement, l’envie de travailler ensemble s’est présentée comme une évidence. Depuis juillet 2016, cette porte, entre nos deux bureaux, n’a qu’un intérêt limité, tant elle est ouverte.

Un soupçon de curiosité, une pincée d’envie de nouveautés et une marmitée de motivation, et nous voici, à 2, enfin plutôt à 18 orthophonistes, lancées dans l’aventure Montessori, d’abord pour les 0-3 ans, puis pour les 3-6 ans. Les 6-9 ans pour bientôt. Au quotidien, nous partagions nos créations, jusqu’au jour où, sur une plaisanterie, l’idée de mettre en vente notre matériel a fait son chemin. Nous utilisons, au quotidien, notre matériel et il présente différents atouts : Le premier est l’autocorrection systématique. Quel plaisir les enfants manifestent lorsqu’ils découvrent, sans aide de l’adulte, la réponse. Les séances deviennent souvent trop courtes, tant cela les motive. L’orthophoniste exploite, à nouveau, les bienfaits d’un dossier molletonné. Le matériel est progressif et nos expériences rééducatives nous ont amenées à créer des sous-marches, ou des quarts de marche pour aider l’enfant à avancer.